Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
"Pas trop Dré dzin le pintu"

Relais du Chat : "Pour humer le parfum du tour"

7 Juillet 2017 , Rédigé par patchapp Publié dans #vélo route

Relais du Chat : "Pour humer le parfum du tour"

"Pour humer le parfum du tour"

 

                Mercredi 17H35 je retrouve Fred au Bourget du Lac. Nous avons prévu de gravir à vélo le terrible Relais du Chat, 4 jours avant le passage du tour de France.

Je connais cette montée par cœur, j’habite à ses pieds. J’essaye de la faire une fois par an quand j’ai suffisamment de kilomètre dans les jambes.

Cependant je n’y ai pas remis les pieds depuis 3 ans. Il faut dire que je n’apprécie pas particulièrement les passages à 10% surtout quand ils s’enchainent sur plus de 10 Km.

                17H45 on peut s’élancer, Tam et Franck qui potentiellement devaient nous rejoindre ont décliné.

Fred mon coéquipier du jour est fort bavard, c’est tant mieux je sentirais moins la douleur. Pour lui c’est une première , il va découvrir. Je le tempère car les 2 premiers kilomètres ne sont pas trop raides.

La chaleur est bien présente (plus de 30°) et notre échauffement a été très court donc tout va pour le plus mal. Heureusement nous rentrons rapidement dans l’ombre de la foret (omniprésente jusqu’au sommet). Une petite brise nous rafraîchis même au moment d’ aborder la pente à 10% . Notre vitesse se réduit considérablement, passant de 12 Km/h à 9Km/h. Malgré ma connaissance des lieux j’attends avec impatience chaque borne qui m’indique les kilomètres restant et surtout la pente à venir. Je le sais il ne faut pas s’attendre à voir autre chose que du 10%. Cependant tout est relatif, ici quand tu abordes du 8%  tu peux récupérer, en générale cela ne dure que quelques mètres mais c’est toujours bon à prendre. Par ailleurs les virages (synonyme de récupération) sont peu très rares. Pour le passage du tour de France le revêtement a été refait. Pour autant ce dernier est guère roulant. Ce versant sera descendu par le tour, aussi la DDE a simplement cherché à gommer la moindres aspérité en ajoutant une surcouche sur l’existant.

                Tout en discutant  nous continuons notre progression à une vitesse régulière de 9Km/h. Observant tantôt les bornes sur le côté tantôt mon compteur. Je m’amuse de voir que ce dernier n’affiche que des 9 : 999Km (kilométrage total) à la vitesse de 9Km/h. Fred me précise aussi que nous sommes dans le 9%. Tout cela concourt à notre pénible, mais régulière progression.

Nous arrivons enfin à un virage caractéristique sur la droite. Ce dernier permet une courte récupération avant une ligne droite final de 3km puis un dernier virage sur la gauche annonçant le final. Cette ligne droite parait à chaque fois interminable, mais nous tenons la cadence et au loin la ligne de crête nous apparait tell une récompense bien méritée.

Ouf ! nous y voilà,  nous terminons main dans la main.

                Je prolonge ma progression pour visiter un peu plus loin sur la droite le campement des camping-cars du tour de France qui assiègent déjà les lieux. L’ambiance de fin de journée est très agréable, les gens sont relaxent sous les derniers rayons de soleil. J’avale une barre de céréale puis contemple le panorama donnant au loin sur le Mt Blanc avec au pied le bleu du lac du Bourget.

Après une petite photo pour mémoriser l’instant nous prenons déjà la direction de la descente.

                Cette dernière est pleine de pièges, certains y ont même laissé leur vie récemment. Le danger provient du fait que la chaussée est recouverte de cailloux. L’ absence de talus  sur le côté, ainsi que la présence d’une faune importante en ces lieux inhabités, en sont les principales causes. Très concentrés et prudents, les 2 mains sur les freins nous rejoignons le Bourget ou nous retrouvons la chaleur après une descente fort rafraichissante. Nous sommes satisfaits de notre coup, la forme et les conditions étaient plutôt bonnes.

                Dimanche prochain les coureurs devront eux aussi descendre par la même route. Les écarts seront importants car avant ce terrible Relais du Chat ils auront aussi gravi le col de la Biche et le Colombier qui sont un peu  du même acabit en terme de %. Une étape hors norme qu’il ne faudra pas louper !

 

 

 

Lire la suite