Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
"Pas trop Dré dzin le pintu"

J'ai connu l'extase, c'était dans l'atlas Marocain.

22 Octobre 2015 , Rédigé par patchapp Publié dans #marche en montagne

L'extase c'est d'être en dehors de soi-même, dans un état où tu te ressent comme « transporté hors de toi » caractérisé par un ravissement, une vision, une jouissance ou une joie extrême.
L'origine peut être mystique, pour moi elle était physique, égoïste et certainement un peu masculine.

J'ai connu cela l'espace de 30 mm au moins. C'était dans la descente d' un col de 2900m dont j'ai oublié le nom. Nous étions au 6iem jour de notre semaine au N'Goum (4000m de l'Atlas Marocain). En pleine descente alors que je me sentais léger comme un oiseau j'ai sorti mon MP3. J'ai alors choisi mes morceaux préférés. Aussitôt mes jambes (de feu) se sont mise à danser à un rythme fou. En fait j''alternais entre danse et ski dans la plus grande allégresse. C'était plus fort que moi, comme une force extérieure incontrôlable mais au combien agréable.
Je skiais les parties raides et caillouteuses ou chaque petit bosquet était l'occasion de tourner au plus court. Ou chaque mouvement de terrain était l'occasion d'un prise d'appuis (jambes et bâton) tantôt en mode border cross, tantôt en mode slalom spécial avec une vitesse de jambe faramineuse. J'avais le sentiment génial de voler au dessus des éléments. Une fois sur le chemin je repassais en mode danse, comme sur une piste en boite de nuit. Ici rien n'était plan et je sautais d'un cailloux à un autre, tel un chamois. Je jouais au mieux avec le terrain au grès de la musique. C'était trop bon, je faisais corps avec ce si bel élément naturel. Pétard ! la dernière fois que j'avais senti un tel bien être (physique je précise) c'était au sommet de la Grande Casse pour mes 50 ans.

Le cheminement pour en arriver là avait duré 6 jours. En effet notre caravane, après une longue approche par avions puis par bus (prés de 6 H00) avait lentement mais sûrement gravis les échelons menant au sommet du M'Goum (4060m). Les 4 (dures) nuits froides de bivouaque entre 2900 et 2300m avait légèrement entamé notre organisme mais pas notre morale.
Il faut dire que nous formions un groupe excellemment soudé. Notre caravane hétéroclite à la sauce franco-marocaine, accompagnée de 4 mules, avançait avec bonne humeur sous un soleil généreux et omniprésent. Le soir, sous la tente messe et après le traditionnel tajine le génépi coulait à flot pour réchauffer nos coeurs. Cette ambiance au combien fédératrice allait nous suivre jusqu'à la fin de notre bambée.
Ce coté humain a certainement contribué à ressentir l'extase si individuelle que je décris ci-dessus.

En tout cas, longue vie au Maroc et à ses habitants qui savent si bien nous recevoir.

Sous le M'Goum : la aussi une belle descente d'éboulis.

Sous le M'Goum : la aussi une belle descente d'éboulis.

La longue arête ouest à 4000m menant au M'Goum : unique !

La longue arête ouest à 4000m menant au M'Goum : unique !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article