Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
"Pas trop Dré dzin le pintu"

A propos du grand chelem ...

2 Décembre 2013 , Rédigé par patchapp Publié dans #ski de rando

Grand chelem 2013 : pour profiter pleinement d’une année exceptionnelle en termes d'enneigement.

Le grand chelem consiste à skier les 12 mois d’une même année. On peut le faire de façons très différentes en se donnant (ou pas) des critères plus ou moins drastiques.

Pour ma part je décide de le faire en ski de rando en réalisant au minimum un sommet par mois (dans nos Alpes seulement). Je vise 1000m de dénivelé positif au mini, avec au moins 600m de ski à la descente (sans l'utilisation de moyens portés). Je l'avais déjà réalisé en 2004 car l'enneigement avait été propice. Avec la fonte inévitable des glaciers il n'est pas dit que nous puissions le faire encore longtemps. A moins que les hivers d’antan ne soient revenus à l’instar de ce fameux cru 2013.

Effectivement sur les Alpes nous venons de connaitre une année record au niveau des chutes de neige cumulées (sur les 30 dernières années). Ce printemps très frais et arrosé jusqu'à fin juin est venue prolonger un hiver déjà conséquent. Pour preuve, ma sortie en chartreuse un 01 juin au petit Som parait vraiment invraisemblable. La Chartreuse n’étant qu’un petit massif de moyenne montagne dépassant difficilement les 2000m. Mes 2 sorties en Aravis à l'altitude de 1450m (21 juin pour la dernière) paraissent moins irréalistes. En avril les sommets de basse altitude du bassin chambérien comme la Galopaz et le Granier (skié le 23 av), habituellement complètement déneigés à cette époque, proposaient encore de belles descentes à ski.

Ce n’est qu’en juillet que la météo est redevenue normale, ce qui accéléra considérablement la fonte des neiges. Néanmoins Juillet resta skiable au-dessus de 2000m dans les combes protégées. Ma sortie, départ skis au pied, depuis le tunnel du Galibier (en direction de Pic Blanc du Galibier) l’illustre bien. En août il fallait faire vite pour "skier à la maison". En effet le 02 août je pu skier in extrémiste la belle Etoile (2700m) avec seulement 600 m de ski. Là le portage fut long et fastidieux. J’avais atteint les limites de l’absurdité sur ce coup... Dans tout chalenge il y a une part d'incongrue !

Pour septembre et octobre je me suis tourné vers la valeur sure du ski d'été sur glacier : Val thorens et le glacier de Chaviére (avec plusieurs possibilités d'itinéraires). C'est ainsi qu'en septembre nous avons skié le Mt Gebroulaz (avec 2 copains), qui avec ses 3510m restera le point culminant du projet. Ce jour-là nous avons fumes surpris par une neige récente très vitrifiée que nous avions abordée trop tôt le matin. En effet c'est souvent en après-midi que les neiges d'été sont les meilleurs à skier. J'allais encore le vérifier le 18 octobre en skiant le col de Pierre Lory (3134m) après une matinée passé au travail. En novembre je posais mes planches au col de l’Iseran pour une sortie solo très fade dans le brouillard. Heureusement des chutes jusqu’à basse altitude en milieu de mois me permirent de chausser 2 fois en Aravis afin de valider dignement Novembre. Décembre ne devrait etre qu’une simple formalité avec du ski à domicile.

Difficile de sortir les meilleurs sortis de ce projet. Entre la poudreuse de l'hiver (partagée avec les potes) et la solitude des sorties anachroniques d'été mon cœur balance. Techniquement la plus belle sortie fut sans nul doute celle dans la face Nord de la Sambuy (Belledonne) avec un couloir à 45° haut de 600m. Pour la beauté et l’ambiance se fut le couloir du "coilu à bordel" en Aravis (faille rocheuse large de 15 m et haute de 150m sur une pente à 45°). La plus conviviale et insolite fut celle au Granier dans les barres de Tencovaz , entre couchant et pleine lune accompagné de 3 bons collègues (team diotpolenta). Il faut dire que nous avions emporté des constituants de circonstance dont je terrai le nom …. La plus folle et la plus improbable, fut skiée en d'Octobre (en solo) sur le glacier de Val Thorence (entre travail à Annecy et festival du Gd Bivouaque à Albertville).

Et la convivialité dans tout cela ? Pour la période d'été cela a été difficile de trouver des coéquipiers. Ceux de skitour (site et communauté de référence), pourtant nombreux ... Jérôme, Pascal, Yvon, XDO… ont maintenu le contact ...malheureusement seulement en virtuel. Pas simple de combiner des sorties communes entre le travail, la famille et les vacances d’été. Quant à mon fidèle coéquipier (Alex), c'est son genou qui a lâché au mois de septembre... Mes autres coéquipiers habituels de l’hiver ayant rangé les skis dès Mai.

Au final j’ai visité 8 massifs différents dans 3 départements : hte Savoie, Savoie et Isère (avec une prédominance pour les Aravis, les 4 saisons skiées dans ce massif). Voici pelle mêle quelques autres sommets majeurs skiés en 2013 : Ouille Allegra , Tournette, Pte de la Mandalaz, Dent du Praz, Sous-Dine, Gd Mont, Gd Arc, Bédina, Chamechaude, Parmelan, Talamarche, Dent de Crolles , Pte de la Balme … etc. Cela représente un peu moins de 60 sorties, ce qui est peu par rapport aux coureurs de la Pierra par exemple.

Pour attaquer 2014, n’ayant pas connu de période de manque et de frustration je ne me lancerai vraisemblablement pas à corps perdu dans le ski de rando. J’en profiterai certainement pour faire plus de ski de fond ce qui est ma discipline d’origine. Comme dirait Johnny : «il faudra que je retrouve l’envie d’avoir envie”, c’est un peu le revers de la médaille du « grand chelemard ».

Novembre en Aravis

Novembre en Aravis

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article